Les produits antipuces destinés au chat

Les puces, dont l’espèce la plus fréquemment rencontrée chez le chat est Ctenocephalides felis, sont des insectes aptères, c’est-à-dire dépourvus d’ailes. Prévention, et traitement le cas échéant, du chat et de l’environnement sont nécessaires pour éviter les infestations massives.

Un cycle de reproduction de 3 semaines

Une puce adulte pond quotidiennement une vingtaine d’oeufs qui tombent dans l’environnement où ils deviennent des larves qui vont se réfugier dans des endroits sombres tels que les lames du plancher, les tapis et les moquettes pour fuir la lumière. Les larves vont alors tisser un cocon pour se transformer en nymphes puis en adultes « préémergés ». Ces derniers ne sortiront de leur cocon que sous l’effet d’un certain nombre de stimuli annonciateurs de la présence d’un hôte potentiel (vibration, chaleur, dégagement de CO2..). La puce adulte reste alors généralement toute sa vie, c’est-à-dire environ 3 semaines sur son hôte. Cette attente des nymphes peut durer plus de 6 mois, ce qui explique pourquoi 95% des puces vivent dans l’environnement et seulement 5% sur le chat.

Une symptomatologie surtout cutanée

Les faibles infestations sont généralement bien tolérées par les chats, sauf en cas de dermatite allergique aux piqûres de puces. Due à une hypersensibilité vis-à-vis de certains composants salivaires du parasite, cette dermatite se manifeste généralement par des démangeaisons intenses et des dépilations cutanées.

De leur côté, les fortes infestations entraînent fréquemment des démangeaisons et des irritations. Les pulicoses peuvent également être responsables d’une infestation parasitaire chez le chat si ce dernier ingère une puce contaminée par un ténia, Dipylidium caninum, ou encore lors de zoonose comme la maladie des griffes du chat.

En outre, chez les chatons, les chats âgés et/ou malades, une anémie peur survenir, conséquence de la ponction de sang par les puces.

Un arsenal de lutte préventif et curatif

Les chats doivent recevoir un traitement antiparasitaire préventif toute l’année, dès leur plus jeune âge, à une fréquence d’administration qui dépend de la molécule et de la forme galénique. Ils doivent également être traités systématiquement en cas d’infestation. Il convient alors de déparasiter à la fois l’animal et son environnement, afin d’endiguer l’infestation et de prévenir une réinfestation.

Le choix du produit dépend essentiellement du spectre d’action attendu (selon le stade de développement des puces, les effets concominants sur d’autres insectes, voire sur certains parasites internes), de sa forme galénique (spot-on, spray, comprimé, collier, poudre..) et de l’état physiologique du chat (âge, poids, gestation, lactation).

Parmi les molécules actives susceptibles d’être proposées figurent le dimpylate, le fipronil, l’imidaclopride et le nitempyram. L’éprinomectine, la sélamectine et le spinosad ne sont délivrables que sur ordonnance vétérinaire. Un inhibiteur de la croissance des insectes (IGR, pour insect growth factor), tel que le lufénuron, le méthoprène ou le pyriproxyfène, peut être proposé seul ou associé à une molécule adulticide. Leur action sur les différents stades de développement de la puce permet de traiter l’environnement plus largement. Le mode d’utilisation du produit choisi pour traiter et/ou prévenir les puces chez le chat dépend de la forme galénique proposée.

Pour traiter l’environnement, il faut tout d’abord passer l’aspirateur partout dans les zones susceptibles d’être colonisées par les parasites (habitation et voiture), et plus particulièrement dans les endroits sombres ou ils aiment se réfugier. Le fogger (diffuseur) doit être utilisé fenêtres fermées, pendant une à trois heures selon le produit, avant d’aérer pendant une demi-heure environ. Prendre soin de faire sortir les animaux des pièces traitées, sans oublier les oiseaux, de protéger les aquariums et d’éloigner les aliments.

Article écrit par Delphine GUILLOUX, tiré du magazine Bien-être et santé, édition février 2021

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Follow by Email
LinkedIn
Share