La sécheresse vaginale, un sujet (encore) tabou

La sécheresse vaginale peut se traduire par différents symptômes tels qu’une rougeur au niveau des organes génitaux externes, une hypersensibilité de la muqueuse, des démangeaisons, ou encore des brûlures que le passage de l’urine suffit à reveiller. Au-delà de la gêne occasionée, la sécheresse augmente aussi la vulnérabilité aux infections gynécologiques (mycoses, IST..) et peut avoir des répercussions sur la vie sexuelle puisqu’elle entraîne des douleurs pendant les rapports en rendant la pénétration douloureuse, voire impossible. L’éco-système vaginal est fragile et l’hydratation de cette muqueuse est facilement perturbée.

De multiples causes

Les oestrogènes, en tant que garants de la souplesse de la muqueuse vaginale et de sa bonne hydratation, sont sans aucun doute les hormones de la sphère intime. Les variations hormonales peuvent ainsi induire une sécheresse vaginale, notamment en début de grossesse, pendant l’allaitement et, bien entendu, à la ménopause. Les autres causes sont d’origine pychologique (stress), infectieuse (mycose, vaginite), médicamenteuse (antibiotiques, chimothérapie, corticothérapie, médicaments contre l’acné) ou toxicologique (tabac, alcool), mais aussi comportementale via le port de sous-vêtements irritants (trop serrés, en fibres synthétiques) ou en pratiquant une toilette intime insuffisante, excessive ou inadaptée (douche vaginale, usage de produits antiseptiques) ou toute pratique saugrenue véhiculée par Internet (maquillage des parties intimes).

Une hygiène intime adaptée

Quels que soient le déclencheur et la fréquence de la sécheresse, la toilette intime est un geste santé à adopter pour limiter le phénomène. Une à deux fois par jour, elle doit se limiter à la zone génitale externe, directement avec les mains, en évitant l’emploi d’une éponge ou d’un gant de toilette. Conseillez les syndets liquides dont les agents surgraissants et hydratants permettent de respecter le film hydrolipidique protecteur et la lubrification naturelle de cette zone. En cas de démangeaisons, préconisez des gels de toilette « spécial sécheresse » ou à base de produits adoucissants et calmants (bardane, sauge). Pensez aussi aux lingettes intimes imprégnées, très pratiques lors de déplacements, pendant les règles ou en cas d’examen gynécologique.

Lubrification et rééquilibrage de la flore

Conseillez l’usage de produits lubrifiants à base d’eau, de substances hydrophiles (acide hyaluronique, carbomères) ou de glycérine, sous la forme de gel à appliquer avant chaque rapport, d’ovule ou de capsule vaginale pour une libération continue. Ces produits sont hydrosolubles, non gras et compatibles avec les préservatifs (féminins ou masculins). Recommandez également de respecter une bonne hygiène de vie en supprimant le tabac et/ou en diminuant la consommation d’alcool. En complément d’une alimantation saine et équilibrée, qui participe à l’équilibre de la flore, vous pouvez proposer des compléments alimentaires à abse de probiotiques, par voie orale ou locale, en particulier en cas de traitements médicamenteux perturbateurs ou de récidives.

Article écrit par Frédéric PITETTI tiré du magazine bien-être et santé édition février 2021

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Follow by Email
LinkedIn
Share