Le macérât hydro-alcoolique de benjoin

Le benjoin est un baume c’est-à-dire une oléorésine renfermant des proportions importantes d’acide benzoïque, d’acide cinnamique et de leurs esters. Plusieurs autres espèces végétales produisent des résines comme le baumier du Pérou (Myroxolon balsamum ou Myroxolon pereirae), le baumier de Tolu (Myroxolon balsamum ou Myroxolon toluiferum), mais les résines les plus connues sont l’encens oliban (Boswellia carterii) ou encore la myrrhe (Commiphora myrrha ou Commiphora molmol), largement utilisées en aromathérapie.

Le benjoin peut s’obtenir par incision du tronc du Styrax benzoe (Benjoin de Sumatra, originaire d’Indonésie), ou par incision du tronc du Styrax tonkinensis (Benjoin du Laos, originaire d’Asie du Sud-Est). Ces deux espèces appartiennent à la famille des Styracaceae, et leurs résines sont recueillies quelques mois après le gemmage de plants sauvages ou cultivés. Le benjoin est connu depuis l’Antiquité pour ses propriétés thérapeutiques mais plus particulièrement pour son utilisation dans les cérémonies religieuses, associées le plus souvent à d’autres résines.

Le benjoin se compose de deux parties distinctes, l’une volatile et l’autre non volatile. La partie volatile est composé principalement d’acide benzoïque (10 à 20 %) et d’acide cinnamique (acides), de cinnamate de benzyle (ester aromatique) et de traces de vanilline (aldéhyde aromatique). La partie non volatile est composée d’acides hydroxy-6 et hydroxy-19-oléaniques (acides) et de benzoate de coniféryle à 60-80 % (esters).

Cette composition particulière confère au benjoin des propriétés anticatarrhales et expectorantes, antiseptiques pulmonaire et plus particulièrement cicatrisantes, le qualifiant de « sparadrap naturel » par certains auteurs.

Après récolte, le benjoin est broyé et dissout dans de l’éthanol pour le solubiliser, donnant ainsi la teinture de benjoin ou un macérât hydro-alcoolique de benjoin. 

Le benjoin est indiqué en usage externe pour les dermatoses comme l’acné, l’eczéma, le psoriasis, le pityriasis, les plaies, les brûlures, les engelures ou encore les ulcères. Il est aussi indiqué dans les affections catarrhales respiratoires. Il s’utilisera uniquement par voie cutanée diluée dans une huile végétale à partir de 12 ans en application sur le thorax ou le dos, une à deux fois par jour pendant 4 à 5 jours.

Le benjoin est principalement utilisé en cosmétique comme ingrédient composant des crèmes et baumes purifiants pour les mains et les pieds, voire même en parfumerie pour son parfum doux et envoûtant aux notes orientales. Son odeur apaise ou stimule le système nerveux en fonction des individus, procure une aura protectrice ou de manière plus pragmatique purifie l’atmosphère. 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Follow by Email
LinkedIn
Share