Les règles douloureuses ou dysménorrhées

Les douleurs liées aux règles constituent un problème fréquent durant le cycle menstruel. Chez de nombreuses femmes, les règles s’annoncent par un léger malaise ou des tensions dans le bas-ventre. Pour certaines, des troubles notables peuvent survenir avant et pendant les règles, rendant celles-ci très pénibles et constituant un handicap sérieux dans la vie quotidienne. La plupart du temps, il s’agit de crampes douloureuses qui surviennent dès le début des règles et qui peuvent irradier dans les reins et les cuisses. Dans des cas plus prononcés, ces douleurs menstruelles s’accompagnent parfois de maux de tête (migraine cataméniale), de nausées et de vomissements.

Les douleurs des règles sont sans complications. Toutefois, comme elles peuvent être le signe d’une maladie des organes génitaux, par exemple de polypes à l’utérus ou d’une endométriose, elles doivent amener à consulter un médecin, car ces maladies peuvent entraîner des problèmes de stérilité.
Les douleurs des règles peuvent apparaître soit à l’adolescence dans les mois suivants les premières règles (dysménorrhée primaire), soit au cours de la vie adulte (dysménorrhée secondaire). Leurs causes sont habituellement différentes.

En cas de règles douloureuses, il vous faudra en priorité améliorer votre qualité de vie en favorisant le repos, les activités physiques douces, en ayant une alimentation équilibrée et en limitant les excès (bannir l’alcool, le tabac et le sucre). En cas de crise, une bouillotte sur l’abdomen ou un bain chaud vous aidera à vous détendre et décontracter la région du bas-ventre.

Outre les médicaments antalgiques non spécifiques ou spécifiques conseillés en cas de règles douloureuses, la phyto-aromathérapie apporte une réponse tout aussi pertinente et efficace.


Quelles huiles essentielles pour lutter contre les règles douloureuses?

L’huile essentielle d’Estragon (Artemisia dracunculus L.) est l’huile essentielle de référence car elle est riche en principes actifs possédant une activité hormon-like, et plus spécifiquement œstrogen-like, c’est-à-dire mimant l’action des œstrogènes humaines. En parallèle, elle possédera aussi des propriétés antispasmodiques et antalgiques, redoutables en cas de crampes abdominales ou de nausées.

L’huile essentielle de Sauge officinale (Salvia officinalis L.) possède elle aussi une forte teneur en principes actifs œstrogen-like mais sa dispensation nécessite une prescription médicale et se retrouve donc restreinte (substance appartenant à la liste 2 des substances vénéneuses à cause de la présence de thujone). Néanmoins, la Sauge sclarée (Salvia sclarea L.) est plus facilement disponible et aura elle aussi une activité régulatrice du système œstrogénique (le sclaréol présente des similitudes avec les œstrogènes).

Les huiles essentielles décongestionnantes veineuses et lymphatiques, comme le Cyprès toujours vert (Cupressus sempervirens L.), le Romarin à 1,8 cinéole (Rosmarinus officinalis L.) ou encore le Lentisque pistachier (Pistacia lentiscus L.) sont elles aussi intéressantes en cas de troubles veino-lymphatiques ou de migraines persistantes d’origine circulatoire.


Comment utiliser ces huiles essentielles?

Pour un début de traitement, il est conseillé de favorisez la voie cutanée, en diluant les huiles essentielles dans une huile végétale. La voie orale pourra aussi vous être conseillée, 1 à 2 gouttes sur un support adapté (sur un comprimé neutre ou dans une cuillère à café de miel), 2 à 3 fois par jour, à débuter 3 jours avant la date des règles et à continuer jusqu’au 14ème jour du cycle menstruel. Si les troubles persistent au-delà de trois cycles, il vous faudra alors consulter votre médecin traitant.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Follow by Email
LinkedIn
Share